On parle de nous ! La Feuille de Vigne (FDV)

On parle de nous ! La Feuille de Vigne (FDV)

30/01/2016

On parle de nous ! La Feuille de Vigne (FDV)

Déguster à l'aveugle et les yeux bandés – la dégustation intuitive

 

Déguster et identifier un vin à l'aveugle, c'est-à-dire sans savoir ce que c'est, est un exercice hautement difficile, et particulièrement ingrat. Pour le réussir, il faut un bon palais, une excellente mémoire, une bonne dose de logique… et une montagne d'assurance, parce que les écueils sont nombreux et fréquents, et qu'il y aura toujours quelqu'un pour bien souligner votre erreur. Les professionnels (sommeliers, critiques…) s'y soumettent rarement par plaisir, et plus souvent parce qu'ils y sont obligés, pour des examens, concours et autres épreuves. Certaines personnes aiment la compétition, les paris, et prendre des risques. Les autres fuient les dégustations à l'aveugle comme la peste.

Sauf que déguster un vin sans connaître son identité est le gage le plus sûr d'un jugement impartial et objectif. Seuls les sens tranchent et évaluent la qualité du vin, et les deux questions cruciales du choix d'un vin prennent alors tout leur sens : est-ce que c'est bon ? combien je serais prêt(e) à payer pour ça ?

Un salon de dégustation à l'aveugle

C'est donc dans cette optique que Laurent Courbard, gérant de l'agence Prestiges de France, a organisé le premier salon de dégustation 100% à l'aveugle, qui s'est tenu à l'automne 2015 à Marseille et Aix-en-Provence. Au programme : une vingtaine de stands tenus par des vignerons et vigneronnes, chacun avec ses bouteilles masquées et la consigne d'en dire le moins possible aux visiteurs. Marie Zusslin du domaine éponyme en Alsace était présente, et animait un atelier sur la biodynamie avec Jannick Utard du domaine de la Navicelle. Verdict ? Déguster un vin à l'aveugle sans pression (à savoir : sans que quelqu'un n'attende qu'on l'identifie, ou ne vous demande de faire des commentaires à voix haute dessus) est aussi bon pour le palais (et le cerveau) qu'agréable. Même si la frustration finit par prendre le dessus, et qu'on attend impatiemment d'avoir la liste des cuvées à la sortie !

La dégustation intuitive

Mais la révélation de la journée fut l'intervention de Franck Thomas, meilleur sommelier d'Europe, pour non seulement expliquer mais faire vivre une expérience de "dégustation intuitive". Le principe : se détendre, les yeux bandés, faire le vide dans son esprit pour pouvoir vraiment se concentrer sur ses sens, et déguster un vin dont on ne sait rien, pas même la couleur. Ainsi concentré sur le vin, et uniquement sur le vin, on le ressent autrement, plus par des impressions, des souvenirs, de manière globalement plus subjective. La Coulée de Serrant versée dans les verres a ainsi évoqué l'automne, des notes de bonbon et d'enfance… L'approche est non seulement décomplexante, elle permet une approche différente du vin, plus intime, plus du registre de l'expérience que de la dégustation. Et l'expérience, c'est ce qui compte in fine quand il s'agit de reconnaître un vin à l'aveugle. Pas juste faire un jeu de piste en décortiquant le vin, en isolant des arômes de fruits plus ou moins mûrs, des tanins plus ou moins fondus etc., mais activer sa mémoire et ses souvenirs, envisager le vin dans sa globalité et le relier à un souvenir de dégustation, à un voyage dans les vignes…

Merci à Laurent Courbard et à Franck Thomas pour cette redécouverte de la dégustation à l'aveugle !

Julie COUTTON